Le crowdfunding toujours d’actualité pour le financement des TPE-PME

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

Si les levées de fonds par crypto-actifs ou ICO ont clairement détrôné le crowdfunding dans le « palmarès des financements tendances et innovants », ce dernier reste une option intéressante pour les entreprises. Alice Lauriot dit Prévost, Associée de la plateforme Tudigo, est intervenue sur la question lors d’un atelier proposé par Les Digiteurs, l’offre digitale de la CCI Paris IDF.

Hier le crowdfunding, aujourd’hui les ICO via la blockchain… mais le premier n’a pas dit son dernier mot pour porter le financement des TPE-PME ! La solution reste à considérer si l’on souhaite booster les capitaux mais également la communication d’une entreprise. C’est ce qui est ressorti de la présentation faite sur le sujet par Alice Lauriot dit Prévost, Associée Tudigo, dans le cadre d’un atelier organisé le 19 avril 2019 par Les Digiteurs et la CCI Paris IDF.

Le crowdfunding : entre financement et plan de communication de l’entreprise

Le financement participatif n’engage pas a priori des montants aussi spectaculaires et des délais aussi brefs que ceux proposés via les ICO, mais l’option demeure pertinente à plusieurs titres.

Dans la formule la plus fréquente du don contre don – où les contributeurs sont remerciés par des produits en nature – les sommes obtenues atteignent en moyenne 5 200 euros pour une fourchette comprise entre 1 000 et 30 000 euros. Des montants dérisoires ? Aucunement, car ces fonds peuvent compléter de manière bien utile un plan de financement plus global, qui intègre d’autres sources comme le love money, le prêt d’honneur, les fonds d’investissement ou bien encore, le crédit bancaire.

Par ailleurs, une campagne de crowdfunding réussie démontre que le projet est fédérateur, ce qui vient rassurer les banques, alors plus enclines à accorder leurs faveurs… Car c’est bien là l’autre vertu – conséquente – du financement participatif : la communication autour du projet. Le crowdfunding suppose en effet une véritable campagne de communication multicanale afin de réunir une communauté substantielle autour de l’entreprise. Communauté qui perdurera en principe après l’obtention des sommes, fournissant alors autant d’ambassadeurs de la marque pour l’avenir !

A noter enfin qu’outre la formule du don contre don, le crowdfunding se décline également sur d’autres modes, moins souvent mobilisés mais conjointement bien plus rémunérateurs. Ainsi par exemple, l’investissement participatif, dans lequel les soutiens reçoivent en contrepartie des parts sociales ou actions de l’entreprise, débouche sur des montants entre 30 000 et 2,5 millions d’euros pour un financement moyen à hauteur de 350 000 euros.

Partenariat avec les experts-comptables

Interrogée par le Monde du Chiffre, Alice Lauriot dit Prévost a précisé l’intérêt du crowdfunding pour les cabinets comptables plus particulièrement : « Nous proposons aux experts-comptables qui veulent en savoir davantage sur le financement participatif d’entrer en contact avec nous pour établir un partenariat. Nous leur présentons alors une formation sur le sujet, permettant au professionnel, devant un client chef d’entreprise, de discerner rapidement si celui-ci est éligible à une campagne de crowdfunding pour ensuite, le cas échéant, lui suggérer l’idée. (…) Dans les aspects de financement des entreprises, il est fréquent qu’un porteur de projet s’interroge sur le participatif. Je pense donc que pour l’expert-comptable, il est intéressant de s’être un peu renseigné sur le sujet pour pouvoir répondre à ce moment-là aux questions de son client et asseoir ainsi, en termes de stature, son rôle de conseiller. »

Hugues Robert