Frédérique Goigoux : « Le Covid sera nécessairement un élément fort du Congrès »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Frédérique Goigoux, co-rapporteure générale du 75ème Congrès de l’Ordre des experts-comptables avec Thierry Onno et Boris Sauvage, présente le contenu et les enjeux de cet événement majeur de la profession du chiffre, qui se tiendra cette année pour la première fois de manière virtuelle.

Le 75ème Congrès de l’Ordre des experts-comptables aura pour thème « Management x Marketing x Marque : l'équation gagnante ». Pourquoi avoir retenu ce sujet ?

Ce sujet émane du Président Charles-René Tandé. Il nous a sollicités, les trois rapporteurs Thierry Onno, Boris Sauvage et moi-même, car nous étions pour deux d’entre nous Présidents de comités sur le marketing et le management.

Pourquoi a-t-il choisi ce sujet ? C’est de mon point de vue car nous sommes au cœur d’évolutions inéluctables, qui impactent toute l’activité économique, y compris celle des cabinets d’expertise comptable.

Aujourd’hui, les technologies font que notre métier a complètement changé. Elles ont amené des modifications radicales dans l’exécution de la mission comptable, des changements dans les modes de consommation et donc dans les relations avec nos clients, mais aussi des évolutions dans les comportements des collaborateurs. Nos clients n’ont plus du tout les mêmes attentes, ils ont désormais besoin d’être accompagnés, coachés, écoutés. De même, nos collaborateurs, surtout les nouvelles générations, ont largement évolué.

Concernant les clients, nous devons changer nos méthodes de communication, notre marketing, notre marque. Et pour les collaborateurs, le mode de management doit être adapté. Il est évident qu’il faut une transformation forte sur ces sujets et qu’il importe de les retravailler.

Quand cette thématique a été retenue, nous étions à mille lieux d’imaginer le coronavirus et ses conséquences. D’une certaine manière, ce sujet tombe relativement bien, compte tenu du bouleversement complémentaire qu’a entraîné cette crise. Le Covid sera nécessairement un élément fort du Congrès. Nous avons réorienté l’ensemble des travaux pour le prendre en compte.

Cette année, le Congrès du CSOEC sera pour la première fois virtuel. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

Effectivement, le Congrès sera virtuel. Nous avons dû revoir beaucoup d’aspects en conséquence.

Nous avons tout d’abord questionné les experts-comptables sur leurs attentes. Ils souhaitent la possibilité de mises en relation, de prises de rendez-vous. Ils escomptent également des parcours thématiques et que le Congrès reste un événement d’envergure nationale.

C’est l’élément fort : même si le Congrès est virtualisé, les attentes des experts-comptables restent les mêmes. Il faut donc arriver à reproduire en virtuel ce que l’on faisait en physique.

Quels seront les temps forts de ce Congrès 2020 ?

Les temps forts resteront les trois grandes réunions plénières. Voilà ce qui a été décidé pour l’heure. Le mercredi, une plénière accueillera la parole du Président Tandé. Elle évoquera surtout le contexte économique et politique dans lequel évoluent les cabinets et s’ouvrira sur la thématique du Congrès. La plénière de vendredi clôturera les travaux et la parole sera à l’institution. Et entre les deux, le jeudi accueillera trois grandes conférences sur les thématiques de l’événement : management, marketing et marque.

Il y aura aussi des ateliers conférences en lien avec ces sujets. Egalement, des ateliers actualité avec bien entendu, un volet Covid. Et des formats flash découverte animés par les partenaires qui présenteront leurs outils.

Concernant les espaces d’échanges, nous avons essayé de les reconstruire de manière virtuelle. Mais pour l’heure, nous sommes plus au stade de la réflexion et des pistes. On retrouvera également le « bureau du futur » avec une orientation collaborateur pour imaginer ce qui peut être fait afin d’améliorer leur quotidien et l’efficacité managériale, et une orientation client, centrée notamment sur l’accueil client et les espaces de coworking.

Nous sommes aussi en réflexion sur un modèle que l’on pourrait appeler « Cauchemar en cuisine » avec des saynètes vidéos sur les trois thématiques pour montrer dans un format ludique tout ce qui ne doit pas être fait !

Autre sujet enfin : proposer des comparaisons avec les pratiques dans les autres pays. Nous entrons pour cela en rapport avec des institutions au niveau européen voire un peu plus loin à l’international.

Qu’attendez-vous de ce grand rassemblement de la profession comptable ?

Nous souhaitons que la profession continue à appréhender ces grands événements et que cela l’aide à franchir ce virage. Dans le contexte économique mais aussi psychologique du Covid, nous voulons aider les professionnels à passer cette période pour déboucher sur quelque chose de nouveau.

Le coronavirus nous a obligés à avancer dans une direction que nous n’avions pas forcément anticipée. Je pense au télétravail et aux organisations qu’il a fallu mettre en place pour assumer le service, l’écoute des clients, la disponibilité. Nous l’avons tous fait avec plus ou moins de bonheur, compte tenu de l’avancement de chacun.

Mais je pense qu’aujourd’hui, nous avons tous conscience de cela, que de nombreux changements sont possibles. Maintenant, il faut essayer de réfléchir sur comment les appréhender de manière plus construite et anticipée.

Le Covid peut être aussi une opportunité pour favoriser ce changement. Il était important en ce sens que le Congrès soit maintenu, même s’il ne pouvait avoir lieu en présentiel. Il fallait absolument que nous ayons ce rendez-vous avec les consœurs et les confrères, pour qu’ils puissent effectivement retrouver de quoi aller de l’avant dans ces évolutions conséquentes et inéluctables.

Propos recueillis par Hugues Robert (@HuguesRob)

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.